La Banque Mondiale Roule-t-elle pour Monsanto?

September 19, 2016
Source
Slate FR

Antoine Hasday

Depuis la crise des matières premières de 2008, la Banque Mondiale a mis en place plusieurs initiatives sensées améliorer la sécurité alimentaire. Mais certaines sont directement associées aux grandes entreprises de l'agro-industrie et semblent privilégier les intérêts de ces dernières.

«Association de malfaiteurs: cinq donateurs occidentaux influencent l'agriculture africaine en faveur des multinationales»: c'est le titre accusateur d'un rapport du think-tank progressiste Oakland Institute, basé en Californie. Il explique que loin d'aider l'agriculture africaine, certaines initiatives censées le faire favorisent en fait les intérêts privés de multinationales de l'agro-alimentaire.

Le projet EBA (Enabling business in agriculture) est porté par la Banque Mondiale et financé par cinq principaux donateurs: les gouvernements américain, britannique, danois et hollandais (via leurs agences de développement ou des fonds dédiés) et la fondation Gates. Un des rôles de l'EBA est de classer les pays africains selon leur attractivité pour les investissements dans l'agriculture, selon six critères bien éloignés du développement durable: utilisation de semences propriétaires, recours aux engrais chimiques, mécanisation, financements, ouverture des marchés, infrastructures de transports. Pour attirer les investissements et les projets, les États sont encouragés à s'y conformer.

En 2012, à la suite de la crise alimentaire de 2008, le G8 lance la nouvelle alliance pour la sécurité et la nutrition (NASFN). Cette initiative place le secteur privé au cœur de la stratégie de développement agricole pour l'Afrique et intègre l'EBA. Sous la forme d'un partenariat public-privé, elle associe de grandes entreprises (dont Monsanto et le semencier Syngenta) avec dix pays africains. Le financement repose principalement sur les cinq mêmes donateurs. D'autres acteurs y sont associés, notamment l'Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), financée par les fondations Gates et Rockefeller, et le fonds Africa Enterprise Challenge Fund.

Sécurité alimentaire ou intérêts commerciaux?

La stratégie de développement de la NASFN est basée sur les principes suivants: développement des semences brevetées et des engrais chimiques, mise à disposition de terres pour de grandes exploitations agricoles, promotion des investissements par une baisse des impôts et des droits de douane. Ses quatre principaux financeurs (toujours le quatuor États-Unis/Royaume-Uni/Pays-Bas/Danemark) affichent un double objectif: développer l'agriculture en Afrique et promouvoir les intérêts de leurs entreprises. Le Danemark le formule même explicitement dans sa stratégie d'aide au développement.

Le développement du secteur privé dans le domaine agricole peut avoir des effets positifs. Mais les intérêts des grandes entreprises du secteur ne vont pas spontanément dans le sens de ceux des populations. Leurs préférence vont le plus souvent aux cultures qui garantissent un rapide retour sur investissement, comme celles destinées aux agrocarburants. Généralement destinées à l'exportation, ces dernières n'ont pas d'effet positif sur la sécurité alimentaire. Couplés à la baisse des impôts et des droits de douanes (encouragée par cette stratégie de développement), de tels investissements ne permettent pas aux États africains d'accroître leurs ressources fiscales. En 2014, un rapport d'évaluation sur le programme d'aide au secteur privé porté par l'agence de développement danoise concluait par exemple que son impact était insuffisant en termes de réduction de la pauvreté, de création d'emplois et de développement économique.

Accaparement des terres

Le rapport donne plusieurs exemples où l'aide au développement finance des projets qui chassent des populations de leurs terres.

En Sierra Leone, le Danemark a financé à hauteur de 118 millions d'euros un projet d'exploitation de canne à sucre (20.000 hectares) destiné à la production d'éthanol porté par le groupe suisse Addax and Oryx. Les paysans qui cultivaient des légumes et du riz sur ces terres ont été chassés sans êtres dédommagés, affirme l'Oakland Institute. Le projet a également placé une forte pression sur les ressources en eau de la région. En 2015, un projet de compensation carbone en Tanzanie a débouché sur l'éviction de 22.000 personnes, là aussi sans dédommagements.

En 2011, l'Africa Enterprise Challenge Fund, un fonds financé par les agences de développement britannique, danoise et hollandaise, a investi dans la création d'un élevage de 8.000 hectares, sur des terres confisquées à des communautés locales en Ethiopie. En 2013, il a co-financé la location de 100.000 acres de terres au Sud Soudan par la société ABMC, dont le président du Sud Soudan détient des parts.